28 juillet 2023
Presse et médias

Résultat de BASF en nette baisse par rapport aux chiffres élevés enregistrés au même trimestre de l’année précédente, dans un environnement de marché difficile

Groupe BASF au deuxième trimestre 2023 :

  • Recul du chiffre d’affaires de 24,7 % à 17,3 milliards d’euros
  • Recul de l’EBIT avant effets exceptionnels de 1,3 milliard d’euros à 1 milliard d’euros

Perspectives ajustées pour 2023 :

  • Chiffre d’affaires attendu compris entre 73 milliards d’euros et 76 milliards d’euros
  • EBIT avant effets exceptionnels prévu entre 4 milliards d’euros et 4,4 milliards d’euros

 

Dans un environnement de marché difficile, le chiffre d’affaires du groupe BASF a chuté de 24,7 % au deuxième trimestre 2023 par rapport à la même période de l’année précédente, pour ressortir à 17,3 milliards d’euros. « Nous avons enregistré une faible demande en provenance de nos principaux segments de clientèle, à l’exception de l’industrie automobile », a indiqué Dr Martin Brudermüller, président du directoire de BASF, lors de la présentation des résultats avec Dr Dirk Elvermann, directeur financier.

Dès le 12 juillet, BASF avait ajusté ses prévisions pour 2023 et présenté des chiffres provisoires. Le recul du chiffre d’affaires résulte essentiellement de la baisse des prix, notamment dans les segments Chemicals, Surface Technologies et Materials. Agricultural Solutions a pu imposer des hausses de prix. La diminution des ventes résultant de l’affaiblissement de la demande a pesé sur l’évolution du chiffre d’affaires dans tous les segments. Des effets de change ont par ailleurs freiné la progression du chiffre d’affaires.

Au deuxième trimestre 2023, le résultat des activités d’exploitation (EBIT) avant effets exceptionnels s’est élevé à 1 milliard d’euros, reculant de 1,3 milliard d’euros par rapport à la valeur du même trimestre de l’année précédente. Les résultats de la plupart des segments, en particulier Chemicals et Materials, ont contribué à cette évolution en accusant de considérables baisses. Dans le segment Agricultural Solutions, l’EBIT avant effets exceptionnels a légèrement reculé. Le résultat de Surface Technologies a légèrement progressé. L’EBIT avant effets exceptionnels du segment Autres activités s’est nettement amélioré. L’EBIT a chuté de 1,4 milliard d’euros pour ressortir à 974 millions d’euros. Il contient le résultat provenant des entreprises intégrales, qui sont portées au bilan selon la méthode de la mise en équivalence, à hauteur de 22 millions d’euros (même période de l’année précédente : 101 millions d’euros).

Le résultat des activités d’exploitation avant amortissements et effets exceptionnels (EBITDA avant effets exceptionnels) a baissé au deuxième trimestre 2023 de 1,3 milliard d’euros pour ressortir à 1,9 milliard d’euros et l’EBITDA de 1,5 milliard d’euros pour ressortir à 1,9 milliard d’euros. Le résultat après impôts et participations minoritaires s’est élevé à 499 millions d’euros, après avoir atteint 2,1 milliards d’euros au même trimestre de l’année précédente.

Évolution du flux de trésorerie au deuxième trimestre 2023

Le flux de trésorerie des activités d’exploitation s’est élevé à environ 2,2 milliards d’euros au deuxième trimestre 2023, enregistrant ainsi une augmentation de 950 millions d’euros par rapport à la même période de l’année précédente. Les décaissements pour actifs incorporels et immobilisations corporelles ont progressé de 381 millions d’euros à 1,3 milliard d’euros par rapport au même trimestre de l’année précédente. Le flux de trésorerie disponible a ainsi atteint 905 millions d’euros au deuxième trimestre 2023 et progressé de 569 millions d’euros par rapport au deuxième trimestre 2022.

Évolution des segments de BASF au deuxième trimestre 2023

Au deuxième trimestre 2023, le chiffre d’affaires du segment Chemicals a reculé de 38,4 % par rapport à la même période de l’année précédente, pour s’établir à 2,7 milliards d’euros. La baisse des prix des matières premières, conjuguée à une offre très fortement excédentaire et à un ralentissement de la demande, a entraîné un recul des prix dans les deux domaines d’activités. Par rapport au même trimestre de l’année précédente, l’EBIT avant effets exceptionnels a reculé de 76,3 % et est ressorti à 202 millions d’euros.

Le chiffre d’affaires du segment Materials a reculé de 25,8 % par rapport aux chiffres élevés enregistrés au même trimestre de l’année précédente et a atteint 3,6 milliards d’euros. Ce recul est essentiellement dû à l’effondrement des prix dans toutes les régions, occasionné par la baisse des prix des matières premières. La détérioration de la demande s’est accélérée au deuxième trimestre 2023, freinant encore davantage l’évolution du chiffre d’affaires. L’EBIT avant effets exceptionnels a reculé de 60,4 % par rapport au même trimestre de l’année précédente pour s’établir à 265 millions d’euros.

Le chiffre d’affaires du segment Industrial Solutions a chuté de 22,5 % par rapport au même trimestre de l’année précédente et a atteint 2,1 milliards d’euros. Cette évolution a résulté essentiellement d’un fort recul des ventes, lui-même occasionné par le fléchissement de la demande. L’EBIT avant effets exceptionnels a baissé de 61,6 % à 124 millions d’euros au cours du deuxième trimestre 2023.

Le chiffre d’affaires du segment Surface Technologies a chuté de 22,4 % par rapport au deuxième trimestre 2022, pour s’établir à 4,2 milliards d’euros. L’évolution du chiffre d’affaires de ce segment est due essentiellement au fort repli des prix des métaux précieux dans le secteur d’activité Catalysts. L’EBIT avant effets exceptionnels de ce segment a progressé de 1,5 % par rapport au même trimestre de l’année précédente et s’est établi à 230 millions d’euros. La nette augmentation du résultat de Coatings a largement compensé le recul de l’EBIT avant effets exceptionnels de Catalysts.

Le chiffre d’affaires du segment Nutrition & Care a enregistré un recul de 17,4 % par rapport au même trimestre de l’année précédente, pour ressortir à 1,7 milliard d’euros. Cette évolution du chiffre d’affaires est le résultat du fort recul des volumes dans tous les domaines d’activités, lui-même dû à l’affaiblissement de la demande. L’EBIT avant effets exceptionnels du segment a chuté de 84,8 % pour s’établir à 33 millions d’euros.

Le chiffre d’affaires du segment Agricultural Solutions a diminué de 9,3 % par rapport au même trimestre de l’année précédente et s’est établi à 2,2 milliards d’euros. Cette évolution est due essentiellement au recul des volumes, en raison de l’augmentation des stocks dans le commerce sur certains marchés majeurs et la baisse des prix des produits de base agricoles. L’EBIT avant effets exceptionnels, qui est ressorti à 213 millions d’euros, a baissé de 4,3 % par rapport au même trimestre de l’année précédente, notamment en raison de la diminution des volumes.

Dans le segment Autres activités, le chiffre d’affaires a chuté de 30 % par rapport au même trimestre de l’année précédente et s’est établi à 799 millions d’euros. Cette évolution a résulté principalement du repli du chiffre d’affaires sur le marché des matières premières. Par rapport au même trimestre de l’année précédente, l’EBIT avant effets exceptionnels des Autres activités a progressé de 64,1 % pour ressortir à moins 60 millions d’euros. Cette progression a résulté essentiellement d’une amélioration de la contribution des sociétés d’assurance.

Mesures visant à améliorer la compétitivité

BASF améliore sa compétitivité par la mise en œuvre de toute une série de mesures. Comme déjà annoncé à la fin du mois de février, l’entreprise applique un programme de réduction des coûts mettant l’accent sur l’Europe et procède à l’ajustement de ses structures « Verbund » sur le site de Ludwigshafen. « Avec les initiatives d’ores et déjà en cours au sein de nos unités de service mondiales, nous allons réduire nos coûts fixes d’ici fin 2026, de manière qu’ils diminuent dès lors d’environ un milliard d’euros d’année en année », a indiqué Dirk Elvermann. D’ici fin 2023, BASF s'attend déjà à réaliser des économies annuelles de plus de 300 millions d’euros grâce à son programme de réduction des coûts. « Nous soumettons par ailleurs en permanence nos coûts fixes à de rigoureuses vérifications et évitons, dans la mesure du possible, les coûts discrétionnaires. Nous mettons par ailleurs l’accent sur la gestion des liquidités, afin d’optimiser notre flux de trésorerie disponible. Jusqu’à la fin de l’année, nous allons continuer à réduire nos stocks », a indiqué Dirk Elvermann, au nom du groupe BASF.

Perspectives pour le groupe BASF en 2023

« Pour le deuxième semestre 2023, nous ne prévoyons pas de nouvel affaiblissement de la demande à l’échelle mondiale. En effet, les stocks de matières premières chimiques ont déjà été fortement réduits dans la plupart de nos secteurs clients », a expliqué Martin Brudermüller. « Nous ne prévoyons toutefois qu’une timide reprise, que nous imputons à un affaiblissement de la croissance de la demande mondiale en biens de consommation par rapport aux prévisions actuelles. La pression sur les marges devrait donc persister. »

Les hypothèses en matière de conjoncture économique mondiale pour l’année 2023 ont été ajustées par BASF en raison de l’évolution des tendances conjoncturelles comme suit (anciennes hypothèses du rapport BASF 2022 entre parenthèses ; hypothèses de croissance actuelles arrondies) :

  • Croissance du produit intérieur brut : 2 % (1,6 %)
  • Croissance de la production industrielle : 1 % (1,8 %)
  • Croissance de la production chimique : 0 % (2 %)
  • Cours du change moyen du dollar américain : 1,10 USD pour 1 €
    (1,05 USD pour 1 €)
  • Prix du pétrole (brent) de 80 USD/baril en moyenne annuelle (90 USD/baril)

Compte tenu de l’ajustement des attentes en ce qui concerne l’évolution au deuxième semestre, les prévisions pour le groupe BASF pour l’exercice 2023 ont été adaptées comme suit (anciennes prévisions du rapport BASF 2022 entre parenthèses) :

  • Chiffre d’affaires entre 73 milliards d’euros et 76 milliards d’euros
    (84 milliards d’euros et 87 milliards d’euros)
  • EBIT avant effets exceptionnels entre 4 milliards d’euros et 4,4 milliards d’euros (4,8 milliards d’euros et 5,4 milliards d’euros)
  • Retour sur capitaux investis (Return on Capital Employed, ROCE) compris entre 6,5 % et 7,1 % (7,2 % et 8 %)
  • Émissions de CO2 comprises entre 17 millions de tonnes et 17,6 millions de tonnes (18,1 millions de tonnes et 19,1 millions de tonnes)

 

Le Groupe BASF

Chez BASF, nous créons de la chimie pour un avenir durable. Nous associons succès économique, protection de l’environnement et responsabilité sociale. Près de 111’000 collaborateurs du groupe BASF contribuent au succès de nos clients dans presque tous les secteurs et quasiment tous les pays du monde. Notre portefeuille d’activités comprend les six segments suivants : Chemicals, Materials, Industrial Solutions, Surface Technologies, Nutrition & Care et Agricultural Solutions. En 2022, BASF a enregistré un chiffre d’affaires mondial de 87,3 milliards d’euros. Les actions BASF sont négociées à la bourse de Francfort (BAS) et en tant que American Depositary Receipts (BASFY) aux États-Unis. Vous trouverez de plus amples informations sur www.basf.com.

 

Déclarations de nature prévisionnelle et prévisions

Ce communiqué de presse contient des déclarations de nature prévisionnelle. Ces déclarations reposent sur les estimations et prévisions actuelles du directoire ainsi que sur les informations dont il est actuellement en possession. Les déclarations de nature prévisionnelle ne peuvent être comprises comme garantie des évolutions et résultats à venir qui y sont cités. Les évolutions et résultats à venir dépendent bien plus de toute une série de facteurs, comportent différents risques et impondérables et reposent sur des hypothèses qui peuvent éventuellement ne pas se confirmer. BASF ne s’engage pas au-delà des exigences légales à mettre à jour les déclarations de nature prévisionnelle contenues dans le présent communiqué.

Cinthia Lang
Cinthia Lang
Porte-parole - Media francophones
Klybeckstrasse 141, 4057 Bâle, Suisse
Dernière mise à jour 28 juillet 2023