TOP
25. février 2014
Suisse
Presse et médias

Augmentation du chiffre d’affaires et du résultat de BASF en 2013 - Optimisme prudent pour 2014

  • 4e trimestre 2013 :
    • Chiffre d’affaires de 18,1 milliards d’euros (+ 1 %)
    • EBIT avant effets exceptionnels de 1,5 milliard d’euros (+ 18 %)
    • Tous les segments réalisent un EBIT avant effets exceptionnels supérieur à celui du trimestre de l’exercice précédent
    • La restructuration dans le segment Performance Products porte ses fruits

  • Ensemble de l’année 2013 :
    • Chiffre d’affaires de 74,0 milliards d’euros (+ 3 %)
    • EBIT avant effets exceptionnels de 7,2 milliards d’euros (+ 8 %)
    • Flux de trésorerie record
  • Proposition de dividende : 2,70 euros (contre 2,60 euros en 2012)
  • Perspectives pour 2014 : légère progression attendue de l’EBIT avant effets exceptionnels dans un environnement toujours difficile

Sur l’ensemble de l’année 2013, BASF a pu enregistrer une progression de son chiffre d’affaires et de son résultat par rapport à l’exercice précédent. « 2013 a de nouveau été pour notre secteur une année difficile, au cours de laquelle nous avons affronté de nombreux vents contraires. Nous avons cependant atteint notre objectif : nos ventes ont progressé, la collaboration avec nos clients s’est intensifiée et nous avons perfectionné notre gamme de produits », a déclaré Kurt Bock, président du directoire de BASF SE à l’occasion de la conférence de presse sur le bilan qui s’est tenue à Ludwigshafen.

Le chiffre d’affaires de 18,1 milliards d’euros du groupe BASF au 4e trimestre est en légère hausse par rapport à la même période de l’année précédente. Les chiffres de vente ont augmenté dans tous les segments. Dans l'ensemble, les prix de vente au 4e trimestre ont accusé un léger recul. Des effets de change négatifs ont par ailleurs diminué le chiffre d’affaires dans tous les domaines d’activités. Des acquisitions ont contribué à la hausse du chiffre d’affaires, notamment dans les segments Oil & Gas et Agricultural Solutions. Au 4e trimestre, le résultat des activités d’exploitation (EBIT) avant effets exceptionnels s’est amélioré dans tous les segments opérationnels, enregistrant une progression de 223 millions d’euros pour passer à 1,5 milliard d’euros. L’EBIT s’est accru de 584 millions d’euros pour ressortir à 1,6 milliard d’euros. Ce chiffre comprend un produit exceptionnel d’un montant de 429 millions d’euros provenant du reclassement de la société GASCADE Gastransport GmbH. Cette entreprise commune était jusqu’alors entièrement consolidée. Depuis le 31 décembre 2013, GASCADE est reprise dans les états financiers du groupe d’après la méthode de la mise en équivalence, suite à un changement des droits de vote au sein de son Conseil de Surveillance.

Sur l’ensemble de l’année, le chiffre d’affaires a progressé de près de 3 % à 74,0 milliards d’euros. Cette progression est essentiellement due à une nette hausse du chiffre d’affaires, surtout en termes de volumes, dans les segments Oil & Gas et Agricultural Solutions. Les activités chimiques, qui regroupent les segments Chemicals, Performance Products et Functional Materials & Solutions, ont enregistré un léger recul de leur chiffre d’affaires en dépit d’une augmentation de leurs chiffres de vente. Ce sont essentiellement des effets de change négatifs qui ont contribué à cette évolution. L’EBIT avant effets exceptionnels a augmenté en 2013 de 543 millions d’euros pour s’établir à 7,2 milliards d’euros.

Outre l'évolution positive enregistrée dans le secteur des produits phytosanitaires et l’accroissement de la contribution du segment Functional Materials & Solutions, cette augmentation est principalement due à l'amélioration du résultat pour les Autres activités.
Le bénéfice de l’exercice après intérêts minoritaires est en légère hausse par rapport à l’exercice précédent et ressort à 4,8 milliards d’euros. Le résultat par action est passé de 5,25 euros à 5,27 euros. Le résultat corrigé par action, soit 5,37 euros, est inférieur de 0,27 euro à celui de l’année précédente.

« Le flux de trésorerie opérationnel d’environ 7,9 milliards d’euros a atteint une valeur record », a déclaré Hans-Ulrich Engel, directeur financier de BASF.
Le Directoire et le Conseil de Surveillance proposeront le 2 mai à l’Assemblée Générale de verser un dividende de 2,70 euros par action, soit une hausse de 0,10 euro par rapport à l’année précédente. Sur la base du cours de 77,49 euros à la fin de l’année 2013, l’action BASF présente de nouveau un rendement élevé du dividende de 3,5 %.

Perspectives pour l’année 2014
« Nous ne nous comptons pas cette année non plus sur des vents très favorables. Nous envisageons toutefois l’évolution économique mondiale avec un optimisme prudent. L’économie mondiale enregistrera vraisemblablement une croissance légèrement supérieure à celle de 2013, en dépit de la volatilité persistante », a indiqué M. Bock. En ce qui concerne l’industrie chimique mondiale, l’entreprise table sur une croissance de l’ordre de celle enregistrée l’année précédente et prévoit une progression légèrement supérieure pour les secteurs de clientèle, tels que l’industrie des transports, des biens de consommation et de l’électronique. Cette situation aura vraisemblablement des répercussions positives sur les activités de BASF.

Pour l’année 2014, BASF se base sur l’environnement économique suivant (valeurs de l’année précédente entre parenthèses) :
• Croissance de l’économie mondiale de +2,8 % (+2,3 %)
• Croissance de la production chimique mondiale (sans le secteur pharmaceutique) de +4,4 % (+4,6 %)
• Cours du change moyen de 1,30 USD pour 1 € (1,33 USD pour 1 €)
• Prix du pétrole de 110 USD/baril en moyenne annuelle (109 USD/baril)

« Dans l’ensemble, nous comptons parvenir à maintenir notre position en 2014 dans un environnement qui reste difficile. Nous avons l’intention d’accroître nos chiffres de vente indépendamment d’éventuelles acquisitions et cessions d’activités » a indiqué M. Bock. Le chiffre d’affaires connaîtra toutefois vraisemblablement une légère régression par rapport à 2013, provoquée par la cession d’activités prévue vers le milieu de l’année 2014 dans le secteur de la vente et du stockage de gaz. BASF table sur une légère hausse de l’EBIT avant effets exceptionnels, notamment en raison de la forte augmentation des contributions provenant des segments Performance Products et Functional Materials & Solutions. Une nette hausse par rapport à 2013 est attendue pour l’EBIT, notamment en raison du produit exceptionnel provenant de la cessation d’activités dans le secteur de la vente et du stockage de gaz. « Nous voulons parvenir à une nette progression de l’EBIT après coûts du capital et percevoir ainsi de nouveau une prime élevée sur nos coûts du capital », a ajouté M. Bock.

Évolution des segments
Dans le segment Chemicals, le chiffre d’affaires a régressé au 4e trimestre de 5 % et ressort à 4,2 milliards d’euros. L’affaiblissement des prix et les effets de change négatifs n’ont pas pu être compensés par l’augmentation des volumes dans tous les secteurs. L’EBIT avant effets exceptionnels s’est accru de 65 millions d’euros pour ressortir à 510 millions d’euros, un résultat essentiellement dû à la nette augmentation des rendements enregistrée par Petrochemicals. Sur l’ensemble de l’année, le chiffre d’affaires s’est établi à près de 17,0 milliards d’euros, accusant une régression de 5 % par rapport à 2012 due au recul des prix et aux effets de change négatifs. L’EBIT avant effets exceptionnels s’est accru de 11 millions d’euros et ressort à 2,2 milliards d’euros.

Le chiffre d’affaires de 3,7 milliards d’euros du segment Performance Products est resté stable au 4e trimestre. L’accroissement des chiffres de vente a permis de compenser l’affaiblissement des prix et les effets de change négatifs. L’EBIT avant effets exceptionnels s’est accru de 33 millions d’euros et ressort à 216 millions d’euros, en raison de l’augmentation des volumes et de l’amélioration des marges. Sur l’ensemble de l’année 2013, le chiffre d’affaires a régressé de 1 % à 15,5 milliards d’euros, en dépit de volumes plus importants. L’EBIT avant effets exceptionnels a reculé de 56 millions d’euros par rapport à 2012 pour ressortir à environ 1,4 milliard d’euros.

Dans le segment Functional Materials & Solutions, le chiffre d’affaires a régressé au 4e trimestre de 1 % et ressort à 4,1 milliards d’euros. L’augmentation des volumes n’est pas parvenue à compenser les effets de change négatifs. Cette hausse du volume des ventes est due à une forte demande en provenance de l’industrie automobile. L’EBIT avant effets exceptionnels s’est accru de 10 millions d’euros pour ressortir à 238 millions d’euros, en raison de l’accroissement des résultats dans les secteurs Catalysts et Coatings. Sur l’ensemble de l’année, le chiffre d’affaires a progressé de 1 % à près de 17,3 milliards d’euros, essentiellement à la suite d’une hausse du volume des ventes. L’EBIT avant effets exceptionnels de près de 1,1 milliard d’euros a dépassé de 138 millions d’euros la valeur de 2012.
En dépit d’effets de change nettement négatifs, le chiffre d’affaires dans le segment Agricultural Solutions a enregistré une hausse de 1 % à 890 millions d’euros au cours du 4e trimestre habituellement plus faible. L’acquisition de Becker Underwood ainsi que des volumes et des prix en légère augmentation ont contribué à ce résultat positif. L’EBIT avant effets exceptionnels a doublé à 67 millions d’euros grâce à des marges plus élevées et suite à l’acquisition de Becker Underwood. Sur l’ensemble de l’année 2013, le chiffre d’affaires de 5,2 milliards d’euros a dépassé d’environ 12 % celui de l’année précédente. L’EBIT avant effets exceptionnels s’est accru de 185 millions d’euros pour ressortir à 1,2 milliard d’euros, notamment grâce à l’augmentation des volumes et des prix.

Dans le segment Oil & Gas, le chiffre d’affaires au 4e trimestre s’est accru de 10 % à 4,2 milliards d'euros. Cette hausse est essentiellement due à l’augmentation de la contribution des activités acquises en Norvège, des volumes de production d’Achimgaz ainsi que du volume des ventes provenant du Natural Gas Trading. L’EBIT avant effets exceptionnels s’est accru de 128 millions d’euros et ressort à 535 millions d’euros. Les gisements en Norvège ont contribué dans une large mesure à cette nette hausse. Sur l’ensemble de l’année, le chiffre d’affaires a progressé de 16 % à près de 14,8 milliards d’euros, surtout en raison de l’augmentation du volume des ventes. L’EBIT avant effets exceptionnels a dépassé de 93 millions d’euros celui de l’année précédente pour ressortir à près de 2,0 milliards d’euros. Le bénéfice de l’exercice après intérêts minoritaires a progressé de 579 millions d’euros, pour s’établir à environ 1,8 milliard d’euros.

Dans le segment Autres activités, le chiffre d’affaires a progressé au 4e trimestre de 7 % et ressort à 1,1 milliard d’euros. Les entreprises communes ELLBA pour les styrènes (monomères) et l’oxyde de propylène en Europe et en Asie ont contribué dans une large mesure à la hausse du chiffre d’affaires. L’EBIT avant effets exceptionnels a diminué de 47 millions d’euros et ressort à moins 114 millions d’euros. Sur l’ensemble de l’année, le chiffre d’affaires des Autres activités a progressé de 3 % par rapport à l’année précédente et ressort à 4,2 milliards d’euros. L’EBIT avant effets exceptionnels s’est amélioré à moins 618 millions d’euros (contre moins 790 millions d’euros en 2012).

À propos de BASF
BASF est le leader mondial de la chimie : The Chemical Company. Son portefeuille d’activités comprend des produits chimiques, des matières plastiques, des produits d’ennoblissement, des produits pour l’agriculture ainsi que du pétrole et du gaz. Nous combinons succès économique, protection de l’environnement et responsabilité sociale. Avec notre recherche et notre innovation, nous aidons nos clients de presque toutes les industries à répondre aux besoins actuels et futurs de la société. Nos produits et solutions aident à préserver les ressources, à assurer une alimentation et une nutrition saines, à améliorer la qualité de vie. Cette contribution de BASF, nous l’avons résumée dans notre objectif d’entreprise : nous créons de la chimie pour un avenir durable. En 2013, BASF a réalisé un chiffre d’affaires de plus de 74 milliards d’euros et employait quelque 112.000 collaboratrices et collaborateurs. Vous trouverez plus d’informations sur internet à www.basf.com.

Les informations mentionnées ci-dessous seront accessibles sur Internet le 25 février 2014 aux adresses suivantes :

Rapport BASF 2013
basf.com/uebersicht (en allemand)
basf.com/overview (en anglais)

Communiqué de presse
basf.com/pressemitteilungen (en allemand)
basf.com/pressrelease (en anglais)

Diffusion en direct (à partir de 10 h 30 HEC)
basf.com/pk (en allemand)
basf.com/pcon (en anglais)

Discours – version imprimée (à partir de 10 h 30 HEC)
basf.com/pk (en allemand)
basf.com/pcon (en anglais)

Diffusion en direct – Conférence pour les analystes et les investisseurs (à partir de 15 h 30 HEC)
basf.com/aktie (en allemand) basf.com/share (en anglais)

Principales photos pour la presse
basf.com/pressefotos (en allemand)
basf.com/pressphotos (en anglais)

Séquences actuelles
tvservice.basf.com (en allemand)
tvservice.basf.com/en (en anglais)

Photos pour la presse de la conférence de presse sur le bilan (à partir de 13 h 00 HEC)
basf.com/Pressefoto-Datenbank/pk (en allemand)
basf.com/Pressphoto-Database/pc (en anglais)

Interview télévisée avec Kurt Bock (à partir de 13 h 00 HEC)
basf.com/group/tv-interviews_de (en allemand)
basf.com/group/tv-interviews_en (en anglais)

Déclarations de nature prévisionnelle et prévisions
Ce communiqué de presse contient des déclarations de nature prévisionnelle. Ces déclarations reposent sur les estimations et prévisions actuelles du directoire ainsi que sur les informations dont il est actuellement en possession. Les déclarations de nature prévisionnelle ne peuvent être comprises comme garantie des évolutions et résultats à venir qui y sont cités. Les évolutions et résultats à venir dépendent bien plus de toute une série de facteurs, comportent différents risques et impondérables et reposent sur des hypothèses qui peuvent éventuellement ne pas se confirmer. BASF ne s’engage en aucune manière que ce soit à mettre à jour les déclarations de nature prévisionnelle contenues dans le présent communiqué.

Dernière mise à jour 26. novembre 2018