Suisse
Presse et médias

BASF : chiffre d’affaires et EBIT avant effets exceptionnels légèrement en régression dans un contexte difficile

3e trimestre 2015 :

  • Chiffre d’affaires de 17,4 milliards d’euros (- 5 %)
  • EBIT avant effets exceptionnels de 1,6 milliard d’euros (- 10 %)
    - Amélioration du résultat dans les segments Chemicals et Functional Materials & Solutions
    - Résultats des autres segments inférieurs à ceux du même trimestre de l’année précédente
  • EBIT de 1,9 milliard d’euros (+ 8 %)
  • Flux de trésorerie des activités d’exploitation au terme des neuf premiers mois de l’année : 8,5 milliards d’euros (+ 3,6 milliards d’euros)

Perspectives 2015 :

  • Impact négatif sur le chiffre d'affaires et le résultat attendus au 4e trimestre en raison de la morosité de la conjoncture, de la baisse du prix du pétrole et de l’échange d’actifs avec Gazprom
  • Léger recul du chiffre d’affaires et de l’EBIT avant effets exceptionnels désormais attendu pour l'année 2015

Dans un environnement de marché plus faible qu'escompté, le chiffre d’affaires de 17,4 milliards d’euros du groupe BASF au 3e trimestre s’est établi à un niveau inférieur à celui enregistré à la même période de l’année précédente. L’EBITDA s’est accru de 358 millions d’euros pour ressortir à 2,9 milliards d’euros, un résultat essentiellement attribuable à l’augmentation des amortissements.

Le résultat des activités d’exploitation (EBIT) avant effets exceptionnels a en revanche reculé de 171 millions d’euros, pour s’établir à 1,6 milliard d’euros. Le segment Chemicals a enregistré une légère croissance de son EBIT avant effets exceptionnels, tandis que celui du segment Functional Materials & Solutions a nettement progressé. Les autres segments, en revanche, ont accusé des reculs prononcés.

« La période traditionnellement creuse de l'année l’a particulièrement été cette année-ci ; de plus, nous ne sommes pas non plus parvenus à augmenter les volumes au mois de septembre. D’importants marchés, tel que le Brésil, sont actuellement en récession, ou ne croissent que faiblement, telle que la Chine », a déclaré Kurt Bock, président du directoire de BASF SE.

La chute considérable du prix du pétrole a entraîné une régression des prix de vente (- 8 %), notamment dans les segments Chemicals et Oil & Gas. Par rapport au même trimestre de l’année précédente, les chiffres de vente ont légèrement reculé (- 1 %). Les chiffres de vente des activités chimiques, qui regroupent les segments Chemicals, Performance Products et Functional Materials & Solutions, ont reculé par rapport au même trimestre de l’année précédente, tandis qu’ils ont augmenté dans les segments Agricultural Solutions & Gas. Des effets de change positifs ont été enregistrés dans tous les domaines (+ 4 %), à l’exception de Crop Protection.

Au 3e trimestre 2015, l’EBIT comptabilisait des effets exceptionnels à hauteur de + 286 millions d’euros (contre - 32 millions d’euros au 3e trimestre 2014) C’est surtout le produit des échanges d’actifs réalisés avec Gazprom fin septembre 2015 qui y a contribué dans une large mesure. Par rapport au même trimestre de l’année précédente, l’EBIT a enregistré une augmentation de 147 millions d’euros, pour ressortir à environ 1,9 milliard d’euros. Le bénéfice de l’exercice après impôts et intérêts minoritaires s’est accru de 195 millions d’euros, pour s'établir à 1,2 milliard d’euros.

Au 3 e trimestre 2015, le résultat par action s’est élevé à 1,31 euro, par rapport à 1,11 euro à la même période de l’année précédente.

Au terme des neuf premiers mois de 2015, le chiffre d’affaires de 56,6 milliards d’euros du groupe BASF est supérieur de 1 % à celui de la même période de l’année précédente. L’EBIT avant effets exceptionnels a augmenté de 182 millions d’euros et ressort à 5,7 milliards d’euros. Au cours des neuf premiers mois de 2015, l’EBIT s’est établi au niveau atteint à la même période de l’exercice précédent, soit à environ 5,9 milliards d’euros.

Par rapport à la même période de l’année précédente, le flux de trésorerie des activités d’exploitation a progressé au cours des trois premiers trimestres 2015 de 3,6 milliards d’euros pour s’établir à 8,5 milliards d’euros. Cette augmentation est essentiellement due à la baisse des stocks.

Pronostics pour l’ensemble de l’année 2015
Au cours des trois premiers trimestres de l‘année 2015, la croissance de l’économie mondiale a été nettement inférieure aux attentes de l’entreprise. L’environnement économique s’est dégradé dans des pays émergents clés, notamment en Chine. En ce qui concerne la conjoncture économique mondiale pour l’année 2015, BASF a revu à la baisse ses prévisions (ancien pronostic entre parenthèses) :
- Croissance du produit intérieur brut : 2,3 % (2,4 %)
- Croissance de la production industrielle : 2,0 % (2,9 %)
- Croissance de la production chimique : 3,5 % (3,8 %)
- Cours du change moyen du dollar américain : 1,12 USD pour 1 € (1,15 USD pour 1 €)
- Prix du pétrole de 55 USD/baril, moyenne annuelle (60 à 70 USD/baril)

Les attentes de BASF en termes de croissance étaient plus élevées au début de l’année ; en effet, elle avait alors tablé sur une croissance de 2,8 % du produit intérieur brut, de 3,6 % de la production industrielle et de 4,2 % de la production chimique. « Face au plus faible développement conjoncturel, le prix du pétrole avait baissé encore davantage que prévu. De plus, les cessions d’activités réalisées au 3e trimestre 2015 grèveront l’évolution du chiffre d’affaires et du résultat. Nous adaptons par conséquent nos prévisions pour l’exercice 2015. Nous attendons un léger recul du chiffre d’affaires et de l’EBIT avant effets exceptionnels », a poursuivi M. Bock.

La légère croissance du chiffre d‘affaires du groupe BASF attendue pour l’exercice 2015 ne pourra probablement pas être atteinte. BASF s’attend dès lors à une légère baisse de son chiffre d’affaires. Cette évolution est essentiellement due à la réalisation de la cession d’activités au 3e trimestre 2015 dans le secteur de la vente et du stockage de gaz et à l’affaiblissement du prix du pétrole. L’entreprise a toujours l’intention de parvenir à une augmentation de ses ventes, hors acquisitions et cessions d’activités.
Contrairement aux attentes, l’EBIT avant effets exceptionnels 2015 ne pourra probablement pas être maintenu au niveau de l’année précédente ; il devrait enregistrer un léger repli. BASF table toujours sur une augmentation des contributions de ses activités chimiques, tandis qu’elle prévoit un net recul du résultat du segment Oil & Gas. Quant au résultat des activités phytosanitaires, il faut vraisemblablement s’attendre, contrairement aux attentes de l’entreprise, à ce qu'il soit inférieur au niveau de l'année 2014, eu égard au contexte conjoncturel difficile. BASF s’attend toujours à un léger recul de l’EBIT du groupe BASF. Les effets exceptionnels réalisés en 2014 étaient supérieurs à ceux de l’année 2015, en raison notamment de la vente de la part de 50 % dans la société Styrolution Holding GmbH.

Évolution des activités des segments au 3e trimestre
Le chiffre d’affaires du segment Chemicals a reculé de 13 % par rapport au même trimestre de l'exercice précédent pour ressortir à 3,6 milliards d'euros. La principale raison en est l’affaiblissement des prix lié à la baisse des coûts des matières premières, notamment dans le segment Petrochemicals. L’exécution fin 2014 de la cession de la part de BASF dans l’exploitation conjointe Ellba Eastern, à Singapour, a contribué à la diminution du chiffre d’affaires. Des effets de change positifs et l’accroissement du volume de ventes enregistré par le segment Intermediates et Monomers ont produit un effet contraire. L’EBIT avant effets exceptionnels a augmenté de 17 millions d’euros pour s’établir à 633 millions d’euros. Cette croissance est essentiellement imputable à l'augmentation des marges dans le segment Petrochemicals.

Dans le segment Performance Products, le chiffre d’affaires a diminué de 1 % par rapport au même trimestre de l’année précédente pour ressortir à 3,9 milliards d’euros. Ceci s’explique par le bas niveau des prix de vente, le fléchissement du volume de ventes et le chiffre d’affaires manquant dû à la vente des activités de produits chimiques textiles en juin 2015. Les effets de change ont eu des répercussions positives sur le chiffre d’affaires dans tous les secteurs. Les faibles quantités vendues dans le segment des pigments, mais également la morosité de la demande (conséquence de la baisse du prix du pétrole) qui a marqué le domaine d’activités des produits chimiques utilisés dans les gisements de pétrole ont contribué au recul des chiffres de ventes. La forte concurrence dans le secteur des vitamines a par ailleurs entraîné des répercussions négatives sur les prix.

L’environnement du marché des produits chimiques pour le papier est demeuré difficile. L’EBIT avant effets exceptionnels a reculé de 57 millions d’euros pour s’établir à 319 millions d’euros, un résultat dû à l’augmentation des coûts fixes. Cette augmentation des coûts fixes a notamment été occasionnée par la mise en service de nouvelles installations et les effets de change.

Le chiffre d’affaires du segment Functional Materials & Solutions a atteint 4,5 milliards d'euros, s'établissant de ce fait au niveau du 3e trimestre 2014. De ce fait, l’affaiblissement des prix et le léger recul des chiffres de vente ont pu être compensés par les effets de change positifs. La demande élevée constante des secteurs de l’automobile et de la construction n’est pas parvenue à compenser entièrement le recul des volumes de vente enregistrés dans le secteur des métaux précieux. L’EBIT avant effets exceptionnels s’est accru de 61 millions d’euros pour ressortir à 371 millions d’euros. L‘amélioration du résultat dans le segment Performance Materials en a été la raison principale.

Dans le segment Agricultural Solutions, le chiffre d’affaires a progressé de 6 % par rapport au même trimestre de l’année précédente pour s’établir à 1,1 milliard d’euros, bénéficiant d’une augmentation des volumes et des prix. La forte dépréciation du real brésilien a entraîné des effets de change négatifs. L’EBIT avant effets exceptionnels a reculé de 36 millions d’euros pour s’établir à 7 millions d’euros. Ce recul provient essentiellement de la hausse des coûts, notamment due aux augmentations de capacités et à la réduction des stocks.

Dans le segment Oil & Gas, le chiffre d’affaires a diminué de 2 % par rapport au même trimestre de l’année précédente pour ressortir à 3,6 milliards d’euros. Cette évolution est principalement le résultat de la baisse du chiffre d’affaires liée aux prix dans le domaine d’activités Natural Gas Trading. Dans le domaine d’activités Exploration & Production, le chiffre d’affaires a progressé suite à une croissance des volumes et des effets de portefeuille, et ce malgré la baisse significative du prix du pétrole. Eu égard à une contribution plus faible du segment Natural Gas Trading, l’EBIT avant effets exceptionnels a diminué de 65 millions d’euros, pour s’établir à 371 millions d’euros.

Dans le segment Autres activités, le chiffre d’affaires a reculé de 30 % par rapport au 3e trimestre 2014 pour ressortir à 685 millions d’euros. Cette évolution s’explique principalement par la diminution du commerce des matières premières ainsi que l’exécution fin 2014 de la cession de la part de BASF dans l’exploitation conjointe Ellba Eastern Private Ltd. L’EBIT avant effets exceptionnels a, surtout en raison de la reprise sur provisions pour le programme Long-Term-Incentive qui s’est avérée moins importante qu'au même trimestre de l’année précédente, diminué de 91 millions pour ressortir à - 98 millions d’euros.

Le groupe BASF
Chez BASF, nous créons de la chimie, et ce depuis 150 ans. Notre portefeuille d’activités comprend des produits chimiques, des matières plastiques, des produits d’ennoblissement, des produits pour l’agriculture ainsi que du pétrole et du gaz. En tant que leader mondial de la chimie, nous combinons succès économique, protection de l’environnement et responsabilité sociale. Avec notre recherche et notre innovation, nous aidons nos clients de presque toutes les industries à répondre aux besoins actuels et futurs de la société. Nos produits et solutions aident à préserver les ressources, à assurer une alimentation et une nutrition saines, à améliorer la qualité de vie. Cette contribution de BASF, nous l’avons résumée dans notre objectif d’entreprise : nous créons de la chimie pour un avenir durable. En 2014, BASF a réalisé un chiffre d’affaires de plus de 74 milliards d’euros et employait quelque 113.000 collaboratrices et collaborateurs. Vous trouverez plus d’informations sur internet à www.basf.com.

Les informations mentionnées ci-dessous seront accessibles sur Internet le 27 octobre 2015 aux adresses suivantes :

Rapport financier intermédiaire (à partir de 7 h 00 HEC)
basf.com/zwischenbericht (en allemand)
basf.com/interimreport (en anglais)

Communiqué de presse (à partir de 7 h 00 HEC)
basf.com/pressemitteilungen (en allemand)
basf.com/pressrelease (en anglais)

Diffusion en direct de la téléconférence pour la presse (à partir de 09 h 00 HEC)

basf.com/pressekonferenz (en allemand)
basf.com/pcon (en anglais)

Discours (à partir de 09 h 00 HEC)
basf.com/pressekonferenz (en allemand)
basf.com/pcon (en anglais)

Diffusion en direct de la téléconférence pour les analystes et les investisseurs (à partir de 11 h 00 HEC)
basf.com/aktie (en allemand) basf.com/share (en anglais)

Photos pour la presse
basf.com/Pressefoto-Datenbank (en allemand)
basf.com/Pressphoto-Database (en anglais)

Matériel d’images (enregistrements)
tvservice.basf.com (en allemand)
tvservice.basf.com/en (en anglais)

Déclarations de nature prévisionnelle et prévisions
Ce communiqué de presse contient des déclarations de nature prévisionnelle. Ces déclarations reposent sur les estimations et prévisions actuelles du directoire ainsi que sur les informations dont il est actuellement en possession. Les déclarations de nature prévisionnelle ne peuvent être comprises comme garantie des évolutions et résultats à venir qui y sont cités. Les évolutions et résultats à venir dépendent bien plus de toute une série de facteurs, comportent différents risques et impondérables et reposent sur des hypothèses qui peuvent éventuellement ne pas se confirmer. BASF ne s’engage en aucune manière que ce soit à mettre à jour les déclarations de nature prévisionnelle contenues dans le présent communiqué.

Dernière mise à jour 26. novembre 2018