TOP
24. juillet 2015
Suisse
Presse et médias

Chiffre d’affaires et résultat de BASF en légère hausse au 2e trimestre

  • 2e trimestre 2015 :
    - Chiffre d’affaires de 19,1 milliards d’euros (+ 3 %)
    - EBIT avant effets exceptionnels de 2,0 milliards d’euros (plus 2 %)
    - Amélioration sensible du résultat du segment Functional Materials & Solutions ; résultats des autres segments inférieurs à ceux du même trimestre de l’année précédente
  • 1er semestre 2015 :
    - Chiffre d’affaires de 39,1 milliards d’euros (+ 3 %)
    - EBIT avant effets exceptionnels de 4,1 milliards d’euros au même niveau que l’exercice précédent
  • Confirmation des perspectives pour 2015 : légère progres-sion attendue du chiffre d’affaires, maintien vraisemblable de l’EBIT avant effets exceptionnels au niveau de 2014

« Au 2e trimestre 2015, nous avons amélioré notre chiffre d’affaires et notre résultat, malgré un ralentissement de la dynamique sur certains marchés et la volatilité persistante des prix des matières premières. Au 1er semestre, notre résultat s’est établi au niveau de la même période de l’année précédente, conformément à nos perspectives pour l’ensemble de l’année », a déclaré Kurt Bock, président du directoire de BASF SE, à l’occasion de la conférence de presse sur le premier semestre.

Au 2e trimestre 2015, le chiffre d’affaires du groupe BASF a progressé de 3 % par rapport au même trimestre de l’année précédente et est ressorti à 19,1 milliards d’euros. Par rapport au même trimestre de l’année précédente, les chiffres de vente ont progressé de 2 %. Cette progression s’explique principalement par la forte augmentation des volumes enregistrée dans le segment Oil & Gas. La nette baisse des prix du pétrole est à l’origine du recul global des prix, notamment dans les segments Chemicals et Oil & Gas. Des effets de change positifs ont été enregistrés dans tous les segments.

Le résultat des activités d’exploitation (EBIT) avant effets exceptionnels a progressé d’environ 31 millions d’euros, pour s’établir à près de 2,0 milliards d’euros. La nette augmentation de la contribution du segment Functional Materials & Solutions et la baisse des dépenses du segment Autres activités ont joué un rôle déterminant dans cette évolution. Alors que le segment Chemicals n’a enregistré qu’un léger recul de son résultat, les autres segments ont accusé des reculs prononcés.

Par rapport à la même période de l’exercice précédent, l’EBIT a enregistré au 2e trimestre une augmentation de 106 millions d’euros, pour ressortir à 2,0 milliards d’euros. Le bénéfice de l’exercice après impôts et intérêts minoritaires s’est stabilisé au niveau du même trimestre de l’année précédente, à 1,3 milliard d’euros. Le résultat par action s’est élevé à 1,38 euro, en hausse par rapport à la même période de l’année précédente (1,37 euro).
Au cours du 1er semestre 2015, le chiffre d’affaires a augmenté par rapport à la même période de l’année précédente de 3 % pour s’établir à 39,1 milliards d’euros, et ce, malgré un léger recul des chiffres de vente des activités chimiques. Au cours des six premiers mois, l’EBIT avant effets exceptionnels s’est établi au niveau atteint à la même période de l’exercice précédent, soit à environ 4,1 milliards d’euros.

Le recul, dû à la baisse des prix du pétrole, enregistré par le segment Oil & Gas a grevé le résultat, tandis que l’accroissement des contributions des segments Functional Materials & Solutions et Chemicals l’a soutenu. Le segment Agricultural Solutions a atteint le niveau enregistré à la même période de l’année précédente. De leur côté, les segments Performance Products et Autres activités se sont établis à un niveau inférieur à celui enregistré au premier semestre 2014.

Par rapport à la même période de l’année précédente, le flux de trésorerie des activités d’exploitation a progressé au cours du 1er semestre 2015 de 2,4 milliards d’euros, pour s’établir à 5,1 milliards d’euros. « Cette valeur a ainsi presque doublé, une évolution qui résulte essentiellement de la réduction des stocks à hauteur de 1,3 milliard d’euros. Tant les effets saisonniers dans les secteurs du gaz naturel et phytosanitaire que la poursuite de l’optimisation de notre gestion des stocks y ont contribué », a déclaré Hans-Ulrich Engel, directeur financier de BASF SE.
Pronostics pour l’ensemble de l’année 2015
Au 1er semestre 2015, la croissance de l’économie et de la production industrielle mondiales ainsi que de l’industrie chimique a été inférieure aux attentes de l’entreprise. En ce qui concerne la conjoncture économique mondiale pour l’année 2015, cette dernière a donc revu à la baisse ses prévisions (ancien pronostic entre parenthèses) :

- Croissance du produit intérieur brut : 2,4 % (2,8 %)
- Croissance de la production industrielle : 2,9 % (3,6 %)
- Croissance de la production chimique : 3,8 % (4,2 %)
- Cours du change moyen du dollar américain : 1,15 USD pour 1 € (1,20 USD pour 1 €)
- Prix du pétrole de 60 à 70 USD/baril en moyenne annuelle (inchangé)

« Pour l’ensemble de l’année 2015, nous misons désormais sur un léger affaiblissement de la croissance de l’économie ainsi que de la production industrielle et chimique mondiales par rapport aux prévisions que nous formulions il y a six mois », déclare M. Bock. « Malgré la présence persistante de risques élevés, nous maintenons nos perspectives pour l’année 2015 : nous voulons affirmer notre position dans un environnement volatile et difficile et souhaitons parvenir à une légère augmentation de notre chiffre d'affaires. Nous visons le maintien de l’EBIT avant effets exceptionnels au niveau de l’année précédente. »

Évolution des activités des segments au 2e trimestre
Le chiffre d’affaires du segment Chemicals a régressé de 8 % par rapport à la valeur enregistrée au 2e trimestre 2014, pour s’établir à 4,0 milliards d’euros. La baisse des coûts des matières premières a entraîné un fort recul des prix, notamment dans le segment Petrochemicals. L’exécution fin 2014 de la cession de la part de BASF dans l’exploitation conjointe Ellba Eastern Private Ltd., à Singapour, a également entraîné une diminution du chiffre d’affaires.

L’accroissement des chiffres de vente enregistré par le segment Intermediates ainsi que des effets de change positifs dans tous les secteurs ont produit un effet contraire. L’EBIT avant effets exceptionnels a reculé de 22 millions d’euros et s’est établi à 548 millions d’euros. Cette évolution est essentiellement due à l’accroissement des coûts fixes résultant de la mise en service progressive de nouvelles installations de production et de l’augmentation du nombre de fermetures programmées d’installations. Au 1er semestre, le chiffre d’affaires a reculé de 10 %, pour s’établir à 7,8 milliards d’euros. L’EBIT avant effets exceptionnels s’est accru de 103 millions d’euros pour ressortir à 1,3 milliard d’euros, une évolution qui repose principalement sur l’augmentation de la contribution du segment Petrochemicals.

Le chiffre d’affaires du segment Performance Products a progressé de 4 % à 4,1 milliards d’euros en raison d’effets de change positifs. Les chiffres de vente ont accusé une légère diminution, essentiellement due à l’arrêt imprévu d’une installation de production de polyisobutène ainsi qu’à la morosité de la demande (conséquence de la baisse des prix du pétrole) qui a marqué le domaine d’activités des produits chimiques utilisés dans les gisements de pétrole. L’environnement du marché des produits chimiques pour le papier est demeuré difficile. La forte concurrence dans le secteur de la vitamine E a par ailleurs entraîné des répercussions négatives sur les prix. La mise en service de nouvelles installations, la réduction des stocks et des effets de change négatifs notamment ont provoqué une augmentation des coûts fixes. Cette évolution a entraîné un recul de l’EBIT avant effets exceptionnels du segment de 131 millions d’euros, à 304 millions d’euros. Pour le 1er semestre, le chiffre d’affaires a progressé de 4 % à 8,1 milliards d’euros. L’EBIT avant effets exceptionnels a régressé au cours des six premiers mois de 43 millions d’euros, pour s’établir à 819 millions d’euros. Ce recul est essentiellement dû à l’augmentation des coûts fixes.

Le chiffre d’affaires du segment Functional Materials & Solutions a progressé de 9 % par rapport à la valeur enregistrée au 2e trimestre 2014, atteignant ainsi un montant de 4,9 milliards d’euros. Cette progression a été essentiellement le résultat d’effets de change positifs dans tous les segments. Sur fond d’une légère diminution des prix, les chiffres de vente ont atteint le niveau du même trimestre de l’année précédente. Les chiffres de vente des secteurs de l’automobile et de la construction ont progressé, tandis que les volumes du secteur des métaux précieux ont reculé. L’EBIT avant effets exceptionnels s’est accru de 102 millions d’euros pour ressortir à 458 millions d’euros, une évolution résultant principalement de l’augmentation de la contribution du segment Performance Materials.
Au 1er semestre, le chiffre d’affaires a augmenté de 9 %, pour s’établir à 9,5 milliards d’euros. L‘EBIT avant effets exceptionnels a progressé de 222 millions d’euros pour s’établir à 889 millions d’euros, en raison notamment de la contribution du segment Performance Materials.

Dans un environnement de marché difficile, le chiffre d’affaires du segment Agricultural Solutions s’est accru de 1 % au 2e trimestre, pour s’établir à 1,7 milliard d’euros. Des effets de change positifs et l’augmentation des prix de vente ont pu largement compenser la réduction des chiffres de vente. L’EBIT avant effets exceptionnels a en revanche reculé de 68 millions d’euros pour s’établir à 365 millions d’euros. Ce recul trouve son origine non seulement dans la diminution des volumes, mais également dans l’augmentation des coûts fixes occasionnée par la mise en service de nouvelles installations. Au cours du 1er semestre, le chiffre d’affaires du segment Agricultural Solutions a, malgré une légère diminution des volumes, augmenté de 8 % par rapport à la même période de l’année précédente pour ressortir à 3,6 milliards d’euros. En s’établissant à 939 millions d’euros, l’EBIT avant effets exceptionnels a atteint le niveau enregistré au 1er semestre 2014.

Par rapport au 2e trimestre 2014, le chiffre d’affaires du segment Oil & Gas a progressé de 15 % pour ressortir à 3,7 milliards d’euros. Cette progression est essentiellement due à la forte augmentation des volumes enregistrée dans le secteur du gaz naturel. Le prix du pétrole, qui a accusé une baisse de 44 % sur la base du dollar américain, a entraîné une diminution du chiffre d’affaires. L’EBIT avant effets exceptionnels a également subi les répercussions de l’évolution du prix du pétrole, reculant de 115 millions d’euros pour ressortir à 431 millions d’euros. Le résultat du trimestre de l’année précédente comportait la contribution d’activités d’extraction offshore en Libye.

Au 1er semestre, le chiffre d’affaires du segment Oil & Gas a progressé de 16 %, à 8,7 milliards d’euros. L’EBIT avant effets exceptionnels a reculé de 144 millions d’euros et s’est établi à 868 millions d’euros. L’amélioration de la contribution de Natural Gas Trading au résultat n’est pas parvenue à compenser le recul, essentiellement dû à la baisse des prix du pétrole, enregistré dans le domaine d’activités Exploration & Production.

Dans le segment Autres activités, le chiffre d’affaires a reculé de 11 % par rapport au 2e trimestre 2014 pour ressortir à 757 millions d’euros. Ce recul est essentiellement dû à un affaiblissement des disponibilités des installations résultant de la défaillance d’une installation au sein de l’exploitation conjointe Ellba C.V. à Moerdijk/Pays-Bas ainsi qu’à la cession de la part de BASF dans Ellba Eastern Private Ltd., à Singapour. L’EBIT avant effets exceptionnels a progressé de 265 millions d’euros pour ressortir à moins 63 millions d’euros. Cette amélioration résulte principalement de la reprise sur provisions pour le programme Long-Term-Incentive à hauteur d’environ 170 millions d’euros, en raison de la baisse du cours de l’action au 2e trimestre. Des dépenses visant à constituer des provisions pour ce programme avaient été engagées au même trimestre de l’année précédente ainsi qu’au 1er trimestre 2015. Au 1er semestre, le chiffre d’affaires du segment Autres activités a régressé de 25 %, pour s’établir à 1,4 milliard d’euros. L’EBIT avant effets exceptionnels a diminué de 145 millions d’euros pour ressortir à moins 676 millions d’euros.

Le groupe BASF
Chez BASF, nous créons de la chimie, et ce depuis 150 ans. Notre portefeuille d’activités comprend des produits chimiques, des matières plastiques, des produits d’ennoblissement, des produits pour l’agriculture ainsi que du pétrole et du gaz. En tant que leader mondial de la chimie, nous combinons succès économique, protection de l’environnement et responsabilité sociale. Avec notre recherche et notre innovation, nous aidons nos clients de presque toutes les industries à répondre aux besoins actuels et futurs de la société. Nos produits et solutions aident à préserver les ressources, à assurer une alimentation et une nutrition saines, à améliorer la qualité de vie. Cette contribution de BASF, nous l’avons résumée dans notre objectif d’entreprise : nous créons de la chimie pour un avenir durable. En 2014, BASF a réalisé un chiffre d’affaires de plus de 74 milliards d’euros et employait quelque 113.000 collaboratrices et collaborateurs. Vous trouverez plus d’informations sur internet à www.basf.com.

Les informations mentionnées ci-dessous sont accessibles sur Internet aux adresses suivantes :

Rapport financier intermédiaire (à partir de 7 h 00 HEC)
basf.com/zwischenbericht (en allemand)
basf.com/interimreport (en anglais)

Communiqué de presse (à partir de 7 h 00 HEC)
basf.com/pressemitteilungen (en allemand)
basf.com/pressrelease (en anglais)

Diffusion en direct (à partir de 9 h 00 HEC)
basf.com/pk (en allemand)
basf.com/pcon (en anglais)

Discours – version imprimée (à partir de 9 h 00 HEC)
basf.com/pk (en allemand)
basf.com/pcon (en anglais)

Diffusion en direct – Téléconférence pour les analystes et les investisseurs (à partir de 11 h 00 HEC)
basf.com/aktie (en allemand) basf.com/share (en anglais)

Photos pour la presse
basf.com/Pressefoto-Datenbank (en allemand)
basf.com/Pressphoto-Database (en anglais)

Matériel d’images (enregistrements)
tvservice.basf.com (en allemand)
tvservice.basf.com/en (en anglais)

Déclarations de nature prévisionnelle et prévisions
Ce communiqué de presse contient des déclarations de nature prévisionnelle. Ces déclarations reposent sur les estimations et prévisions actuelles du directoire ainsi que sur les informations dont il est actuellement en possession. Les déclarations de nature prévisionnelle ne peuvent être comprises comme garantie des évolutions et résultats à venir qui y sont cités. Les évolutions et résultats à venir dépendent bien plus de toute une série de facteurs, comportent différents risques et impondérables et reposent sur des hypothèses qui peuvent éventuellement ne pas se confirmer. BASF ne s’engage en aucune manière que ce soit à mettre à jour les déclarations de nature prévisionnelle contenues dans le présent communiqué.

Dernière mise à jour 26. novembre 2018