29. avril 2016
Suisse
Presse et médias

Légère baisse du résultat de BASF avant effets exceptionnels ; confirmation des perspectives pour 2016

1er trimestre 2016 :

  • Chiffre d’affaires de 14,2 milliards d’euros (- 29 %)
  • EBIT avant effets exceptionnels de 1,9 milliard d’euros
    (- 8 %)
  • Progression de l'EBIT avant effets exceptionnels dans les segments Performance Products, Functional Materials & Solutions ainsi qu’Agricultural Solutions
  • Nette baisse du résultat des segments Chemicals et Oil & Gas

Confirmation des perspectives pour 2016 :

  • Net recul du chiffre d'affaires résultant de la cession des activités de vente et de stockage du gaz
  • Légère baisse de l'EBIT avant effets exceptionnels par rapport à l'exercice précédent, sur la base d'un prix du pétrole de 40 USD le baril en moyenne

Par rapport au même trimestre de l'année précédente, le chiffre d’affaires du groupe BASF a chuté au 1er trimestre 2016 de 29 % pour s'établir à 14,2 milliards d’euros. Ce recul est principalement dû à la cession des activités de vente et de stockage du gaz, dont la contribution au chiffre d'affaires s'était élevée à 4,2 milliards d'euros au 1er trimestre 2015.

La baisse du prix du pétrole a entraîné la régression des prix, notamment dans le segment Chemicals. Dans l'ensemble, les volumes sont restés stables par rapport au même trimestre de l’année précédente. Les volumes ont légèrement augmenté dans les segments Functional Materials & Solutions, Oil & Gas ainsi que Performance Products, alors qu'ils ont enregistré une légère baisse dans les segments Agricultural Solutions et Chemicals.

« Dans les segments Performance Products, Functional Materials & Solutions et Agricultural Solutions, nous sommes parvenus à accroître légèrement l'EBIT avant effets exceptionnels », a déclaré Kurt Bock, président du directoire de BASF SE, lors de l'assemblée générale qui s’est tenue au Centre des congrès du Rosengarten à Mannheim. Les contributions en forte baisse des segments Oil & Gas et Chemicals ont entraîné une diminution du résultat des activités d’exploitation (EBIT) avant effets exceptionnels du groupe BASF de 164 millions d'euros à 1,9 milliard d'euros. Le résultat des Autres activités a enregistré une nette amélioration, en raison notamment des effets d’appréciation pour le programme Long Term Incentive.

Par rapport au même trimestre de l’année précédente, l’EBIT a enregistré un recul de 129 millions d’euros, pour ressortir à environ 1,9 milliard d’euros. L’EBITDA a baissé de 78 millions d’euros pour s'établir à 2,8 milliards d’euros. Le résultat financier, établi
à - 188 millions d’euros, est inférieur à la valeur du 1er trimestre 2015 (- 164 millions d’euros).

Le résultat avant impôts sur les bénéfices a reculé de 153 millions d’euros et ressort à 1,7 milliard d’euros. Le taux d'imposition s'est élevé à 15,4 % (29,7 % au 1er trimestre 2015). Ce recul est essentiellement dû aux impôts dans le segment Oil & Gas.

Le bénéfice de l’exercice après impôts et intérêts minoritaires s’est accru de 213 millions d’euros, pour s'établir à 1,4 milliard d’euros. Au 1er trimestre 2016, le résultat par action s’est élevé à 1,51 euro, par rapport à 1,28 euro à la même période de l’année précédente.

Le résultat par action en données corrigées des effets exceptionnels et des amortissements sur les éléments incorporels s’est élevé quant à lui à 1,64 euro (contre 1,43 euro au même trimestre de l'année précédente).

Proposition de dividende de 2,90 euros par action

BASF maintient sa politique ambitieuse en matière de dividendes et propose un dividende de 2,90 euros par action pour l'exercice 2015 (année précédente : 2,80 euros). Un tel dividende équivaudrait ainsi à une distribution d'environ 2,7 milliards d'euros aux actionnaires. « Nous visons une augmentation annuelle du dividende ou tout au moins son maintien au niveau de l'année précédente correspondante. La proposition de dividende que nous soumettons aujourd'hui à l'assemblée générale reflète la confiance que nous inspire l'évolution à venir de BASF. Nous savons cependant que 2016 ne sera pas une année facile », a déclaré M. Bock.

Confirmation des perspectives pour l’année 2016

BASF prévoit pour 2016 un environnement toujours difficile accompagné de risques considérables. Les attentes en ce qui concerne la conjoncture économique mondiale pour l’année 2016 sont maintenues :

  • Croissance du produit intérieur brut : 2,3 %
  • Croissance de la production industrielle : 2,0 %
  • Croissance de la production chimique : 3,4 %
  • Cours du change moyen du dollar américain : 1,10 USD/EUR
  • Prix du pétrole (brent) de 40 USD/baril en moyenne annuelle

« Nous confirmons nos prévisions pour l'ensemble de l'année : nous souhaitons parvenir à une augmentation des ventes dans tous les segments », a indiqué Kurt Bock. « La cession des activités dans le secteur de la vente et du stockage de gaz ainsi que la baisse des prix du pétrole et du gaz notamment entraîneront cependant un net recul du chiffre d'affaires du groupe BASF.

Nous prévoyons que l'EBIT avant effets exceptionnels s'établira à une valeur légèrement inférieure à celle enregistrée en 2015. Dans l'environnement volatile et difficile que nous vivons aujourd'hui, cet objectif est ambitieux et dépend notamment de l'évolution du prix du pétrole », a ajouté M. Bock.

Concentration sur les activités à forte croissance

« Nous poursuivrons le développement de notre portefeuille en 2016, l'objectif étant de nous concentrer sur les activités à forte croissance », a indiqué M. Bock. Fin février, BASF a convenu avec AkzoNobel de la vente des activités du secteur des peintures industrielles. Cette transaction permet à BASF de concentrer davantage son attention sur le secteur des peintures pour automobiles, qui constitue son cœur de métier. En avril, l'entreprise a en outre signé un accord pour le rachat des activités du secteur des peintures pour retouches de carrosseries de la société Guangdong Yinfan Chemistry Co., Ltd., en Chine. Ce rachat renforce la position de BASF sur le marché chinois à croissance rapide des peintures pour retouches. La semaine dernière, l'entreprise a convenu de la vente de ses activités mondiales dans le secteur des catalyseurs de polyoléfines à l'entreprise américaine W.R. Grace & Co. Sur le marché des catalyseurs de processus, BASF concentre ainsi ses activités sur les principaux secteurs en croissance, tels que les catalyseurs chimiques et les catalyseurs de raffinerie.

Évolution des activités des segments au 1er trimestre 2016

Le chiffre d’affaires du segment Chemicals a régressé de 19 % à 3,1 milliards d’euros. Cette évolution est essentiellement due au recul des prix engendré par la baisse des prix des matières premières. La diminution des volumes de vente a été particulièrement prononcée dans le segment Petrochemicals en Amérique du Nord. L’EBIT avant effets exceptionnels n'est pas parvenu à atteindre le niveau du même trimestre de l'année précédente, qui avait résulté de marges élevées. Il enregistre une baisse de 261 millions d'euros et s’établit à 465 millions d’euros. Cette baisse est due d'une part au recul des marges, mais aussi à l'accroissement des coûts fixes, engendré notamment par la mise en service en 2015 de nouvelles installations.

Le chiffre d'affaires du segment Performance Products s'est élevé à 3,8 milliards d'euros, enregistrant ainsi un recul de 6 % par rapport au même trimestre de l'année précédente, malgré une augmentation des ventes. Ce recul est essentiellement dû à la baisse des prix de vente, elle-même engendrée notamment par la chute des coûts des matières premières, conséquence de la baisse du prix du pétrole, mais également par le maintien de la pression sur les prix dans le domaine d'activités Hygiène. La baisse des coûts fixes et l'augmentation des volumes ont entraîné un accroissement de l’EBIT avant effets exceptionnels de 32 millions d’euros pour ressortir à 547 millions d’euros.

Le chiffre d’affaires du segment Functional Materials & Solutions a reculé de 4 % et ressort à 4,4 milliards d’euros. La raison principale de cette évolution réside dans la baisse des prix de vente, essentiellement engendrée par la faiblesse des prix sur le marché des métaux précieux. Les ventes ont pu être accrues notamment en raison de l'augmentation de la demande en provenance des secteurs de l’automobile et de la construction. L’EBIT avant effets exceptionnels a progressé de 25 millions d’euros à la suite de l'amélioration des contributions des segments Performance Materials et Construction Chemicals, pour s’établir à 456 millions d’euros.

Dans un contexte économique toujours difficile, le chiffre d’affaires du segment Agricultural Solutions a régressé de 6 % pour ressortir à 1,8 milliard d’euros. Les augmentations de prix ne sont pas parvenues à compenser le recul des ventes et les effets de change négatifs. L’EBIT avant effets exceptionnels a progressé de 17 millions d’euros pour ressortir à 591 millions d’euros. Les marges ont enregistré une augmentation due entre autres à la progression des prix. Les coûts fixes ont quant à eux accusé une diminution.

Le chiffre d’affaires du segment Oil & Gas a régressé de 88 % à 611 millions d’euros. Clôturé en 2015, l'échange d'actifs avec Gazprom a entraîné la perte notamment des contributions provenant des activités de vente et de stockage du gaz. La baisse des prix du pétrole et du gaz a également grevé le chiffre d'affaires. Les quantités de production ont pu progresser notamment en Norvège. L’EBIT avant effets exceptionnels a reculé de 371 millions d’euros pour s’établir à 66 millions d’euros.

Dans le segment Autres activités, le chiffre d’affaires a reculé de 31 % par rapport au 1er trimestre 2015 pour ressortir à 477 millions d’euros. Cette évolution s’explique principalement par la baisse des prix et des volumes sur le marché des matières premières ainsi que par l’expiration fin 2015 des contrats de livraison en liaison avec la cession fin 2014 de la part dans l’exploitation conjointe Ellba Eastern Private Ltd., à Singapour. L’EBIT avant effets exceptionnels a progressé de 394 millions d’euros pour s’établir à - 219 millions d’euros, notamment en raison d'effets d’appréciation pour le programme Long Term Incentive. Des opérations de change positives ont également contribué à cette progression.

 

Le Groupe BASF

Chez BASF, nous créons de la chimie pour un avenir durable. Nous associons succès économique, responsabilité sociale et protection de l’environnement. Les près de 112 000 collaborateurs du Groupe contribuent au succès de nos clients dans presque tous les secteurs d’activité et quasiment tous les pays du monde. Notre portefeuille d’activité est composé de cinq segments : des produits chimiques, des produits de performance, des solutions et des matériaux fonctionnels, des solutions pour l’agriculture ainsi que du pétrole et du gaz. En 2015, BASF a réalisé un chiffre d’affaires de plus de 70 milliards d’euros. Pour plus d’informations : www.basf.com.

Déclarations de nature prévisionnelle et prévisions

Ce communiqué de presse contient des déclarations de nature prévisionnelle. Ces déclarations reposent sur les estimations et prévisions actuelles du directoire ainsi que sur les informations dont il est actuellement en possession. Les déclarations de nature prévisionnelle ne peuvent être comprises comme garantie des évolutions et résultats à venir qui y sont cités. Les évolutions et résultats à venir dépendent bien plus de toute une série de facteurs, comportent différents risques et impondérables et reposent sur des hypothèses qui peuvent éventuellement ne pas se confirmer. BASF ne s’engage en aucune manière que ce soit à mettre à jour les déclarations de nature prévisionnelle contenues dans le présent communiqué.

Dernière mise à jour 26. novembre 2018