TOP
26 avril 2017
France

Bioéconomie : BASF confirme son engagement stratégique

Engagé depuis de nombreuses années dans le développement de la bioéconomie, BASF présente ses innovations et ses engagements à l’occasion du Plant Based Summit 2017 - le Congrès-Exposition européen des produits biosourcés (25-27 avril, Lille).

Avec une population mondiale qui ne cesse d’augmenter et des ressources fossiles limitées, il est indispensable de réfléchir à de nouveaux modes de production. L’une des solutions est sous nos yeux : utiliser les matières renouvelables disponibles sur la terre, la mer mais aussi nos propres déchets pour développer des solutions durables. Fondée sur l’utilisation de matières premières renouvelables, la bioéconomie est une des réponses aux grands défis du 21e siècle comme le changement climatique et la raréfaction des ressources. La bioéconomie offre de nombreuses opportunités si on place l’évaluation de la durabilité des matériaux et des produits au coeur de ce nouveau modèle. Conscient de tous ces enjeux, BASF investit, depuis de nombreuses années, dans la R&D pour une bioéconomie réfléchie et durable. A l’occasion du Plant Based Summit 2017, BASF présente quatre axes stratégiques de développement.

1- Ingrédients pour la cosmétique

BASF développe des actifs pour le soin de la peau à base d’huile d’argan ; un partenariat sourcing durable que présente Florence Trombini, Responsable Marketing Actifs chez BASF Beauty Creations, et mis en place spécifiquement pour développer cette gamme.
Il y a maintenant plus de 10 ans, BASF a lancé son Programme Argan, en partenariat avec L’Oréal et une ONG locale, YAMANA, dans le sud du Maroc.

Le projet est construit avec Targanine, un réseau de six coopératives de production d'huile d'argan situées dans la région d’Agadir ; 1000 femmes issues des zones rurales y travaillent. Elles commercialisent un total de 16 produits différents issus de l’organier, y compris les produits dérivés, les huiles végétales et essentielles, ainsi que les produits apicoles. En 10 ans (2005-2015), le chiffre d’affaires a augmenté de 875%. L'huile d'argan et ses produits dérivés sont achetés par BASF à des conditions commerciales équitables. Les partenaires locaux ont développé leur autonomie en approvisionnement BASF en huile d'argan de haute qualité. Différents ingrédients ont ainsi été commercialisés : une huile certifiée biologique et équitable (Lipofructyl™ Argan), un extrait protéique à effet tenseur issu des tourteaux (Argatensyl™) et un extrait anti-âge issu des feuilles de l'arganier protégeant la peau des facteurs environnementaux (Arganyl™). La gamme a été dernièrement complétée par l’ArgassentialTM, issu de la pulpe, destiné à repulper et raffermir la peau.

2- Un engagement pour l’huile de palme durable

Alimentation, cosmétique, shampoing, etc. l’huile de palme est une matière première renouvelable qui a de multiples applications et la demande en huile de palme continue de croitre. En particulier l’huile de palmiste, issue du noyau, est irremplaçable dans le développement des dérivés oléochimiques en raison de ses caractéristiques. Compte-tenu des enjeux environnementaux liés à la déforestation et l’appauvrissement de la biodiversité, BASF s’engage pour la promotion et l’utilisation généralisée de produits issus de la transformation de l’huile de palme certifiés RSPO. C’est dans ce contexte qu’a été organisé le 4 avril dernier à Londres, après Paris en 2016, le deuxième Palm Dialog de BASF, rassemblant de nombreuses parties prenantes concernées par l’huile de palme. En 2016, BASF a fait des progrès importants dans la fabrication de produits à base d’huile de palme durable et nous pensons que l’huile de palme durable est possible. Au total, plus de 19 sites de production de BASF sont certifié RSPO pour une huile de palme durable (le premier site à avoir été certifié est celui situé à Boussens, près de Toulouse). De même, BASF vient de publier son premier rapport d’avancement sur ses engagements pour l’huile de palme durable, comme l’annonce Jutta Stute, du groupe d’experts BASF Global Sustainability Palm Products.

3- Intégrer plus de matières premières renouvelables dans la production grâce à la technologie « Biomass Balance »

Depuis 2013, BASF permet à ses clients de remplacer les matières premières fossiles par des matières premières renouvelables dans le cycle de production. Axe de développement stratégique pour BASF, la technologie Biomass balance est certifiée durable par le TÜV SÜD, un organisme de certification indépendant. Tout en limitant l’utilisation de matières premières fossiles et en réduisant les émissions de gaz à effet de serre, Biomass balance permet de fabriquer des produits de même qualité et aux propriétés identiques que ceux fabriqués à partir de matières premières fossiles. Une technologie qui a permis, par exemple, à l’entreprise Caparol en 2016 de mettre sur le marché une peinture plus écologique. Nikolaus Raupp, Global Sustainability Manager Dispersions & Pigments chez BASF et Wolfgang Hoffmann, Head of Product Management chez Caparol, partageront avec les experts du marché de la peinture biosourcée leur retour d’expérience lors du Plant Based Summit 2017.

4- Des bioplastiques innovants qui contribuent à l’économie circulaire

« Rien se perd, rien ne se crée, tout se transforme » disait Lavoisier. Avec ecovio®, BASF illustre parfaitement ce principe et développe des solutions bioplastiques innovantes. Fabriqué à base d’acide polylactique, l’APL (un matériau renouvelable à base d’amidon de maïs), ecovio® est un plastique biosourcé compostable. En juillet 2016, à la veille de l’interdiction des sacs en plastique, BASF présentait son sac ecovio® composé à 34% de matériaux biosourcés, non transpirant, aussi étanche et résistant qu’un sac en plastique traditionnel et surtout entièrement compostable. Avec les innovations ecovio®, ce sont l’ensemble des pratiques de consommation qui évoluent : sacs, mais aussi capsules à café, gobelets, pailles à boire, barquettes de fraises, films agricoles, etc. Tout devient compostable !
Par ailleurs, dans le cadre de l’accélération de sa stratégie pour le développement de plastiques biosourcés, BASF a signé récemment le partenariat Synvina avec Avantium, une des entreprises leaders de la chimie renouvelable. L’objectif ? Développer la production de l’acide biosourcé furandicarboxylique (FDCA) permettant de produire le nouveau polymère polyethylenefuranoate (PEF) pour un plastique biosourcé ultraperformant et recyclable à base de fructose. Ses propriétés de barrière aux gaz sont meilleures que celles des plastiques conventionnelles permettant ainsi une durée de conservation plus longue pour l’emballage alimentaire. En outre, sa plus forte résistance mécanique permet un emballage plus mince, donc plus léger. Les applications peuvent être nombreuses : emballages alimentaires, plastiques techniques, fibres textiles,..
Ce partenariat vise notamment à la construction d’un site d’une capacité de production de 50 000 tonnes par an sur le site intégré d’Anvers en Belgique.

Dernière mise à jour 26 avril 2017