TOP
11 mai 2017
France

Cap vers une économie circulaire : BASF rejoint la Fondation Ellen MacArthur

- BASF participe aux programmes « Circular Economy 100 » et « New Plastics Economy »

- L’engagement de BASF pour une économie circulaire s’observe tout au long de sa chaîne de valeur et dans ses produits

BASF, leader mondial des entreprises de chimie, annonce sa participation à deux programmes de la Fondation Ellen MacArthur afin de développer ses solutions pour une économie circulaire.

Créée en 2010, la Fondation Ellen MacArthur s’engage, avec les entreprises, les gouvernements et le monde universitaire, à construire un cadre économique fondé sur la restauration et la régénération des ressources. Passer d’une économie linéaire à une économie circulaire peut présenter de nombreux atouts. En modifiant considérablement les modèles d’entreprise, c’est une opportunité pour créer plus de valeur dans tous les secteurs et au sein de la société. L’objectif est d’élaborer une alternative attrayante et viable au modèle actuel de « prélèvement des ressources, fabrication, mise au rebut ». Grâce à sa capacité à innover, l’’industrie chimique occupe une place centrale dans cette transition.

« L’économie circulaire dépasse de loin la gestion des déchets. Elle nécessite des changements sensibles de comportement et d’utilisation des technologies. La réflexion sur l’économie circulaire ne peut pas se limiter aux activités d’une entreprise. Elle doit irriguer toute la chaîne de valeur pour profiter également aux clients et aux fournisseurs », déclare Dirk Voeste, vice-président de la stratégie de développement durable chez BASF. « Il est nécessaire d’intégrer dès le début un concept intelligent d’économie circulaire dans le développement des produits, les processus de production, l’utilisation et les systèmes de réutilisation. »

BASF a rejoint le programme « Circular Economy 100 » (CE100) de la Fondation non seulement pour appliquer le concept à ses propres activités, mais également pour développer une économie circulaire avec d’autres innovateurs et organisations. Cet engagement au sein de la plateforme multipartenaire ouvre des possibilités supplémentaires d’apprentissage et de collaboration tout au long de la filière.

« Mis en place afin de favoriser l’apprentissage, le développement des capacités, la mise en réseau et la collaboration des organisations, le CE100 réunit des chefs de file et des innovateurs du monde entier, afin de susciter de nouvelles opportunités à partir d’une démarche d’économie circulaire. Nous sommes heureux d’accueillir l’entreprise BASF dans ce programme, car elle nous donnera son point de vue professionnel sur le rôle essentiel de la chimie dans le développement de nouveaux processus et solutions pour l’ensemble de la chaîne de valeur », confie Casper Jorna, directeur du programme CE100.

BASF adhère également à l’initiative « New Plastics Economy », qui réunit des acteurs clés pour repenser l’avenir des matières plastiques, à commencer par les emballages. À ce propos, BASF travaillera étroitement avec ses nouveaux partenaires en vue d’accélérer la transition vers une économie circulaire des plastiques, en veillant à apporter toutes les garanties nécessaires, comme par exemple en termes de protection des produits alimentaires.

« Étant donné notre épais portefeuille de plastiques destinés aux secteurs de l’automobile, des appareils ménagers, de la construction et de l’emballage, nous pouvons apporter à la plateforme une riche expertise sur les plastiques, leurs propriétés et les opportunités de recyclage », affirme Jens Hamprecht, directeur du développement du marché des biopolymères chez BASF. « Nous pouvons par exemple partager notre expérience significative dans le domaine des plastiques biodégradables et des plastiques partiellement biosourcés, comme l’ecovio®, pour des applications telles que la collecte des déchets biodégradables. »

Dernière mise à jour 11 mai 2017