TOP
France

K 2019 – De nouveaux produits issus de déchets plastiques : les clients de BASF exposent des prototypes fabriqués à partir de matières chimiquement recyclées

◼  Jaguar Land Rover, Storopack, Südpack et Schneider Electric : partenaires de BASF dans le projet ChemCycling

◼  Une phase pilote prometteuse, avec des défis technologiques et économiques constants et une nécessaire évolution de la réglementation

 

De plus en plus d’entreprises du secteur de la chimie travaillent à améliorer la recyclabilité des plastiques, participant ainsi à la création d’une économie circulaire. La contribution de BASF passe notamment par le projet ChemCycling : à la fin de l’année 2018, le Groupe a utilisé pour la première fois de l’huile de pyrolyse provenant de déchets plastiques comme matière première dans sa propre production. Lors d’une conférence de presse préalable à K 2019, le plus grand salon mondial de l’industrie du plastique et du caoutchouc, quatre partenaires ont présenté les premiers prototypes créés pendant la phase pilote du projet.

Jaguar Land Rover (JLR), grand équipementier automobile, a développé un prototype de bloc avant en plastique pour son premier SUV électrique, le I-Pace, en Ultramid® B3WG6 noir 00564 « Ccyclé ». « Dans le cadre de notre engagement à accélérer la fabrication en boucle fermée sur l’ensemble de nos processus, nous recherchons en permanence des progrès technologiques qui nous aideront à réduire les déchets », déclare Craig Woodburn, responsable de la conformité environnementale chez JLR. « La possibilité de convertir des déchets de grande consommation en pièces de qualité et sûres pour des produits haut de gamme, par le procédé ChemCycling, est une étape importante vers un avenir zéro déchet. »

Storopack, fournisseur mondial d’emballages de protection et de pièces moulées, a utilisé le Styropor® P « Ccycled » pour réaliser un conditionnement isolant destiné aux produits pharmaceutiques sensibles à la température, ainsi que des caisses de transport de poisson frais et des emballages de protection d’appareils électroniques. « Nous sommes particulièrement impressionnés par le fait que le Styropor® P « Ccycled » puisse être utilisé dans l’emballage alimentaire. Il existe déjà diverses options de recyclage du Styropor et ChemCycling augmente encore la part du recyclage », indique le Président du conseil d’administration de Storopack, Hermann Reichenecker. Storopack et BASF ouvrent donc un nouveau chemin vers l’économie circulaire.

Südpack, grand producteur de films d’emballage en Europe, a produit un film de polyamide et un film de polyéthylène qui ont été transformés en emballage à fermeture spéciale pour la mozzarella. Jusqu’à présent, l’emballage multicouche était considéré comme recyclable dans une certaine limite. « L’emballage sous film doit répondre à des fonctions importantes de protection, d’hygiène et de conservation du produit, tout en utilisant une quantité minimale de plastique. C’est pourquoi il se compose de plusieurs matériaux et plusieurs couches offrant diverses propriétés et protections. À travers des innovations telles que ChemCycling, nous nous rapprochons de la solution aux problèmes liés au recyclage des emballages souples », affirme Johannes Remmele, Directeur associé de Südpack.

Schneider Electric, leader dans la transformation numérique de la gestion de l’énergie et de l’automatisation, a fabriqué un disjoncteur en Ultramid® chimiquement recyclé. « Nous évaluons activement la capacité des matières premières secondaires, telles que les plastiques recyclés, à répondre à nos normes de qualité exigeantes et aux règlements et normes stricts du secteur. Nous nous fions à l’expertise de BASF pour démontrer les bénéfices de durabilité de bout en bout, pour un coût intéressant. Nous espérons que cette expérimentation avec BASF ouvrira la porte à plus d’innovations circulaires dans la gestion et la distribution de l’énergie », déclare Xavier Houot, Senior Vice President Group Environment, Safety, Real Estate, groupe Schneider Electric.

« Les projets pilotes avec des clients de divers secteurs montrent que les produits fabriqués à partir de matières premières chimiquement recyclées ont la même haute qualité et les mêmes performances que les produits fabriqués à partir de matières premières primaires. ChemCycling, qui applique une démarche Mass Balance pour attribuer mathématiquement une part de la matière recyclée au produit final, peut aider nos clients à atteindre leurs objectifs de développement durable », explique Jürgen Becky, Senior Vice President BASF Performance Materials. Les produits certifiés sont désignés par la mention « Ccycled » accolée à leur nom. Les prototypes présentés à la conférence de presse font partie de la phase pilote en cours du projet ChemCycling.
 

Potentiel d’augmentation de la part de matériaux recyclés

« Avec le projet ChemCycling, BASF vise à transformer l’huile de pyrolyse issue de déchets plastiques actuellement impossibles à recycler, tels que les plastiques mélangés ou contaminés. Si nous parvenons à rendre le projet commercialisable, ChemCycling sera un complément innovant aux procédés existants de recyclage et de récupération pour résoudre le problème des déchets », explique Stefan Gräter, responsable du projet ChemCycling chez BASF.

Le potentiel important du recyclage chimique a été confirmé par le cabinet de conseil McKinsey dans une étude de décembre 2018. Si l’on associe les procédés de recyclage établis à de nouveaux procédés, tels que le recyclage chimique, les spécialistes pensent qu’un taux de réutilisation et recyclage de 50 % des plastiques peut être atteint dans le monde d’ici à 2030 ; actuellement, ce taux est de 16 %. La part du recyclage chimique pourrait alors passer de 1 % à près de 17 %, ce qui équivaudrait à recycler environ 74 millions de tonnes de déchets en plastique.
 

Défis technologiques, économiques et réglementaires

La mise sur le marché du procédé ChemCycling nécessitera cependant la résolution de divers problèmes. Les technologies actuelles de transformation des déchets plastiques en matières premières recyclées doivent être perfectionnées et adaptées à l’échelle industrielle, afin de garantir une qualité constamment élevée de l’huile de pyrolyse. BASF étudie actuellement diverses possibilités pour fournir à son système de production Verbund des volumes commerciaux d’huile de pyrolyse à long terme. Outre les aspects techniques, il faut tenir compte des aspects économiques. Pour que le recyclage chimique soit accepté sur le marché, les autorités de régulation doivent également reconnaître le procédé comme étant du recyclage. Dans ce contexte, elles doivent définir comment inclure les démarches de recyclage chimique et de mass balance dans le calcul des taux de recyclage fixés par la loi.
 

Utilisation responsable des ressources

« Notre projet ChemCycling est un bon exemple de la façon dont BASF travaille avec ses partenaires à des solutions qui relèvent les défis essentiels du XXIe siècle », déclare Andreas Kicherer, expert développement durable chez BASF. En plus de ChemCycling, BASF participe à beaucoup d’autres projets et initiatives qui contribuent à l’économie circulaire et évitent le rejet des plastiques dans l’environnement. À titre d’exemple, le portefeuille du Groupe comprend ecovio®, un plastique certifié compostable, partiellement fabriqué à partir de matières premières renouvelables. BASF est par ailleurs membre du World Plastics Council et participe à deux programmes de la Fondation Ellen MacArthur. Sur tous ses sites dans le monde, BASF applique « Opération Clean Sweep », une initiative internationale de l’industrie du plastique visant à empêcher la perte de granulés en plastique dans l’environnement. De plus, au début de l’année 2019, BASF s’est associée avec plus de 30 autres entreprises pour fonder l’Alliance to End Plastic Waste (AEPW). Au cours des cinq prochaines années, cette initiative compte investir jusqu’à 1,5 milliard de dollars dans divers projets et partenariats, principalement en Asie et en Afrique. Les quatre domaines d’intervention privilégiée sont les suivants : développement des infrastructures de collecte des déchets, encouragement des méthodes de recyclage innovantes, éducation et implication de diverses parties prenantes et nettoyage des zones dans lesquelles se concentrent les déchets en plastique dans l’environnement.
 

Ø  Pour plus d’informations sur ChemCycling :

basf.com/chemcycling

Ø  Pour plus d’information sur le développement durable chez BASF : https://www.basf.com/fr/fr/who-we-are/sustainability.html

Ø  Pour plus d’information sur l’Alliance to End Plastic Waste :
https://endplasticwaste.org/