France

BASF enregistre une forte croissance de son résultat en 2021

  • Chiffre d’affaires : 78,6 milliards d’euros (plus 33 pour cent)
  • EBIT avant effets exceptionnels : 7,8 milliards d’euros (plus 118 pour cent)
  • Flux de trésorerie lié aux activités d’exploitation : 7,2 milliards d’euros (plus 34 pour cent) ; flux de trésorerie disponible : 3,7 milliards d’euros (plus 63 pour cent)
  • Proposition de dividende de 3,40 € pour l’exercice 2021
    (2020 : 3,30 € par action)

Perspectives 2022 :

  • Chiffre d’affaires compris entre 74 et 77 milliards d’euros
  •  EBIT avant effets exceptionnels compris entre 6,6 et 7,2 milliards d’euros
  • ROCE compris entre 11,4 et 12,6 pour cent
  •  Émissions de CO2 comprises entre 19,6 et 20,6 millions de tonnes

 

Le groupe BASF a considérablement accru son chiffre d’affaires et son résultat durant l’exercice 2021. « Cette année a été synonyme de performances et de réussite pour BASF », a déclaré le Dr Martin Brudermüller, Président du conseil d’administration, qui a présenté le rapport BASF pour 2021 avec le Dr Hans-Ulrich Engel, Directeur financier.

 

« Nos prix de vente ont augmenté de 25 pour cent et nos volumes de 11 pour cent. Cette croissance en valeur et en volume a été commune à tous les segments en 2021 », a précisé M. Brudermüller. Le chiffre d’affaires du groupe BASF s’est élevé à 78,6 milliards d’euros en 2021, soit 33 pour cent de plus que l’année précédente.

 

En 2021, le résultat avant intérêts, impôts et amortissements (EBITDA) avant effets exceptionnels a augmenté de 3,9 milliards d’euros pour atteindre 11,3 milliards d’euros et l’EBITDA a dépassé de 4,9 milliards d’euros celui de l’année précédente pour s’établir à 11,4 milliards d’euros.

 

En montant à 7,8 milliards d’euros, le résultat des activités d’exploitation (EBIT) avant effets exceptionnels a plus que doublé en glissement annuel. Il affiche ainsi une hausse de 67 pour cent par rapport à son niveau de 2019, avant la pandémie. L’évolution positive du résultat de BASF est principalement due aux segments Produits chimiques et Matériaux. Les segments Technologies de surface et Solutions industrielles ont aussi considérablement contribué à cette solide reprise.

 

Le rendement des capitaux employés (ROCE) a été de 13,5 pour cent (contre 1,7 pour cent l’année précédente), nettement au-dessus du taux du coût du capital (9 pour cent). Cette augmentation du ROCE résultait essentiellement d’une progression significative de l’EBIT en glissement annuel (7,7 milliards d’euros en 2021).

 

Coûts supplémentaires dus à la hausse des prix de l’énergie en Europe

La pénurie de semi-conducteurs continue à nuire aux activités de BASF liées au secteur automobile. En 2021, notamment au quatrième trimestre, la hausse des prix des matières premières ainsi que celle des coûts dans les domaines de l’énergie et de la logistique ont aussi entravé l’évolution du résultat dans tous les segments. Sur les sites européens de BASF, les coûts supplémentaires dus à la poursuite de la hausse des tarifs du gaz naturel en 2021 ont avoisiné 1,5 milliard d’euros, dont 800 millions au seul quatrième trimestre.

M. Brudermüller a fait l’annonce suivante : « Nous augmenterons de nouveau sensiblement nos prix au cours des mois à venir afin de répercuter la hausse considérable des coûts tout en améliorant nos marges dans nos activités en aval. » Les procédures tarifaires en vigueur pour ces activités induisent un retard dans la répercussion des coûts.

Trésorerie du groupe BASF pour l’exercice et le quatrième trimestre 2021

Le flux de trésorerie lié aux activités d’exploitation s’est élevé à 7,2 milliards d’euros en 2021, contre 5,4 milliards d’euros l’année précédente. Cette augmentation notable était principalement due à la progression du résultat net, qui a atteint 5,5 milliards d’euros. De 2020 à 2021, le flux de trésorerie disponible est passé de 2,3 à 3,7 milliards d’euros.

Au quatrième trimestre 2021, le flux de trésorerie lié aux activités d’exploitation a grimpé de 1,2 à 3,3 milliards d’euros. Le flux de trésorerie disponible s’est établi à 1,8 milliard d’euros, soit une hausse de 84 pour cent en glissement annuel.

Évolution du chiffre d’affaires et du résultat du groupe BASF au quatrième trimestre 2021

Au quatrième trimestre 2021, le groupe BASF a enregistré une hausse de 24 pour cent en glissement annuel de son chiffre d’affaires, qui a ainsi bondi à 19,8 milliards d’euros. « Bien que BASF ait connu un quatrième trimestre 2020 robuste, le groupe a pu augmenter tous ses volumes, excepté dans le segment Matériaux, au quatrième trimestre 2021 », s’est réjoui M. Engel en sa qualité de Directeur financier.

L’EBITDA avant effets exceptionnels a augmenté d’environ 100 millions d’euros pour atteindre 2,2 milliards d’euros. L’EBITDA s’est élevé à 2,3 milliards d’euros, contre 2 milliards d’euros au quatrième trimestre 2020.

Durant la même période, l’EBIT avant effets exceptionnels est quant à lui passé de 1,1 à 1,2 milliard d’euros. De même, l’EBIT s’est établi à 1,2 milliard d’euros, contre 932 millions d’euros au quatrième trimestre 2020.

Proposition de versement de dividendes de 3,40 € par action

Cette année, à l’occasion de l’assemblée générale des actionnaires de BASF, le conseil d’administration et le conseil de surveillance proposeront de verser des dividendes de 3,40 € par action, ce qui représente une hausse de 10 cents. BASF distribuerait ainsi 3,1 milliards d’euros sur la base du nombre total de ses actions à la fin de l’année. « Compte tenu de notre proposition concernant les dividendes, l’action BASF offre un rendement attractif de 5,5 pour cent selon son cours boursier de la fin 2021 », a précisé M. Brudermüller.

Atteinte des objectifs non financiers

BASF entend réduire ses émissions absolues de CO2 de 25 pour cent à l’horizon 2030 par rapport à son niveau de référence de 2018. En 2021, les émissions de CO2 du groupe ont représenté 20,2 millions de tonnes, soit moins que les 20,8 millions de tonnes émises en 2020. « Cette réduction est remarquable compte tenu de la solide croissance en volume », a souligné M. Brudermüller.

Le groupe BASF a atteint bien plus tôt que prévu son objectif de chiffre d’affaires de 22 milliards d’euros d’ici 2025 avec des produits qui apportent une contribution substantielle au développement durable au sein de la chaîne de valeur : les ventes de ces produits Accelerator se sont élevées à 24,1 milliards d’euros dès 2021. « Nous ajusterons donc notre objectif de pilotage pour ce portefeuille courant 2022 », a indiqué M. Brudermüller.

 

Investissements dans des projets de croissance

Pour la période 2022-2026, BASF prévoit des dépenses d’investissement de 25,6 milliards d’euros, soit 2,7 milliards d’euros de plus que pour la période 2021-2025. « Cela s’explique essentiellement par nos deux grands projets de croissance : le site Verbund de Zhanjiang et nos activités relatives aux matériaux pour batterie », a précisé M. Engel. Et d’ajouter : « Ce sont là les clés du développement futur de BASF. »

Les investissements dans les activités existantes de BASF restent stables, à un niveau moyen de 2,6 milliards d’euros par an. M. Engel a annoncé que BASF ferait preuve de discipline quant aux investissements requis pour poursuivre ces activités et les développer dans un esprit de rentabilité. « Cela nous permettra d’injecter aussi 2,6 milliards d’euros par an en moyenne dans nos projets de croissance. Les dépenses d’investissement fléchées dans cette direction connaîtront un pic en 2024 », a expliqué M. Engel. Pour 2022, BASF prévoit des dépenses d’investissement de 4,6 milliards d’euros en tout. C’est plus que les 3,4 milliards d’euros de 2021. Le budget annuel consacré aux activités de recherche et développement avoisine quant à lui 2,1 milliards d’euros.

Perspectives du groupe BASF pour 2022

« Nous avons très bien commencé l’année, les chiffres de janvier 2022 affichant une progression en glissement annuel », s’est félicité M. Brudermüller en ce début d’exercice.

BASF s’attend à ce que la croissance économique mondiale de 3,8 pour cent ralentisse quelque peu en 2022 après l’excellente reprise de 2021. « L’exécution des commandes ayant pris beaucoup de retard, nous prévoyons que la production industrielle mondiale augmentera de 3,8 pour cent et la production chimique de 3,5 pour cent », a précisé M. Brudermüller. BASF anticipe un prix du pétrole moyen de 75 dollars par baril de Brent et un taux de change de 1,15 dollar par euro.

En fonction de ces hypothèses, BASF prévoit de réaliser un chiffre d’affaires compris entre 74 et 77 milliards de dollars en 2022. L’entreprise table sur un résultat des activités d’exploitation (EBIT) avant effets exceptionnels compris entre 6,6 et 7,2 milliards d’euros. Le ROCE devrait être compris entre 11,4 et 12,6 pour cent. Les émissions de CO2 devraient représenter entre 19,6 et 20,6 millions de tonnes en 2022.

Les fourchettes prévisionnelles de BASF tiennent compte de l’incertitude qui découle notamment des perturbations constantes des chaînes d’approvisionnement, de la suite de la pandémie de coronavirus et de l’évolution des prix de l’énergie.