France
Changement pour le climat

Apprendre des requins

Avez-vous déjà remarqué la vitesse à laquelle les requins se déplacent dans l’eau? Nous oui, et nous avons cherché à savoir comment. Cette découverte nous a permis d’appliquer ce que nous avons appris aux avions. La technologie sharkskin (peau de requin), développée en collaboration avec Lufthansa Technik, permet aux compagnies aériennes d’économiser du carburant et de réduire les émissions de carbone. Appelons cela de l’inspiration naturelle.

Une vue sous-marine de l’océan bleu avec la lumière du soleil qui brille à travers l’eau.
Un plongeur sous-marin muni d’un équipement d’enregistrement cinématographique se retrouve face à face avec un requin - tous deux nagent dans une eau bleue profonde.

Un plongeur au large de la côte de Gansbaai étudiant les requins.

L’inspiration: les habitants de l’océan grands économiseurs d’énergie

Les requins sont incroyables. Ils existent depuis plus de 450 millions d’années, plus longtemps que certains arbres. Et pendant cette période, ils ont appris à nager le plus efficacement possible, en glissant facilement dans l’eau. Comment font-ils ? Peuvent-ils nous apprendre comment aider les humains à voyager plus efficacement en économisant du carburant par la même occasion?

Un avion Lufthansa en plein vol, au-dessus des nuages. Un autocollant sur son côté indique qu’il vole de manière plus durable grâce à la technologie sharkskin. (Photo : Lufthansa Cargo)

Nous avons développé la technologie sharkskin en collaboration avec nos partenaires de Lufthansa Technik.

Gros plan sur les riblets de la peau d’un requin. Les requins nagent avec une efficacité étonnante grâce à de minuscules « côtes » à la surface de leur peau.

Les requins nagent de manière incroyablement efficace grâce à de minuscules « côtes » sur toute la surface de leur peau.

L’idée: notre découverte faite grâce à la plongée

Comme souvent, la nature a une bonne longueur d’avance sur les humains. Les recherches révèlent que la peau d’un requin comporte une quantité impressionnante de minuscules « côtes ». Ces dernières réduisent la résistance à l’eau et permettent au requin de nager plus efficacement. Alors, pourquoi ne pas optimiser la surface d’un avion pour imiter la peau d’un requin ? L’économie de carburant et la réduction des émissions seraient une victoire instantanée pour la protection de la planète.

L’innovation: une question de surface

En collaboration avec nos partenaires Lufthansa Technik, nous avons pu résoudre le problème sans devoir repenser complètement la conception des avions. La technologie sharkskin consiste en une simple modification: une pellicule qui contient des millions de « petites côtes » microscopiques, ajoutée sur l’extérieur de l’avion.
L’avion devient ainsi plus aérodynamique, utilise moins de carburant et émet moins de CO2. Sur un grand avion long-courrier, par exemple, la réduction est de plus de 1 000 tonnes d’émissions de CO2 par an!

L’impact: une réduction de 1 170 tonnes d’émissions de CO2 par avion et par an

Découvrez l’équipe de choc

Vjosa Schmidt, directrice commerciale de BASF pour Riblet Films, est une grande fan de la technologie sharkskin. « C’est l’une des rares inventions de l’industrie aéronautique qui réduit toutes les émissions liées au climat, y compris le carbone, et diminue les coûts », s’enthousiasme-t-elle.

Malgré le titre de Vjosa, les séparations strictes entre les gens du monde des affaires et les scientifiques ne s’appliquent pas ici. L’équipe sharkskin de BASF est une équipe soudée, où chacun se sent responsable de la réussite du produit. « Ce qui compte, ce sont les gens », déclare Dr. Sebastian Hartwig, responsable de Functional Films. « Les personnes sont plus importantes que la science pour que l’innovation ait lieu. »

Et tous deux ont des motivations très humaines pour vouloir rendre l’aviation plus durable. Pour Vjosa, « J’adore voyager et je ne crois pas qu’arrêter soit une solution. Je crois au développement responsable. » Sebastian dit simplement : « J’ai deux enfants. Ils veulent grandir sur une planète qui se porte bien. »

J’ai deux enfants. Ils veulent grandir sur une planète qui se porte bien.
Le Dr Sebastian Hartwig, vêtu d’une veste bleue BASF, sourit en analysant un morceau de film de peau de requin.

Dr. Sebastian Hartwig

Responsable de Functional Films

L’aileron arrière d’un avion Lufthansa perce une couche de nuages, évoquant l’image de l’aileron d’un requin émergeant au-dessus des vagues. (Photo : Lufthansa Technik AG)

L’avenir a des ailerons: des raisons d’être optimiste

L’équipe de BASF est convaincue que la poursuite du développement de la technologie sharkskin peut permettre à l’industrie aéronautique d’économiser jusqu’à 3 % de carburant. En conséquence, des millions de tonnes d’émissions de CO2 pourraient être évitées. En collaboration avec Lufthansa Technik, l’objectif est de développer et de certifier cette technologie pour de nombreux autres types d’avions et de la mettre à la disposition de plus en plus de compagnies aériennes dans le monde.

En matière de protection du climat, tout comme les requins eux-mêmes, cette équipe ne s’arrêtera jamais de bouger.

Comment BASF évolue pour protéger le climat :